L’heure des bilans

Vous jonglez avec l’idée de quitter votre emploi? Pour être sûr de prendre une décision éclairée, commencez par faire un bilan de votre satisfaction au travail.

Avant de faire un choix aussi décisif que celui de quitter votre emploi, il serait sage de vous livrer à un petit exercice : le bilan de carrière. Celui-ci vous aidera à faire le point sur ce que vous aimez ou n’aimez pas, non seulement dans votre emploi actuel mais aussi dans vos postes précédents. C’est une excellente méthode pour y voir plus clair. Alors à vos papiers et vos crayons!

Retour en arrière…

Danielle Labre, CRHA et associée principale chez Vézina Nadeau Labre, une firme de consultants en ressources humaines, souligne que cet exercice nécessite de remonter en arrière, et de s’interroger sur les expériences professionnelles antérieures. «Il faut se demander ce que l’on appréciait ou que l’on n’aimait pas dans nos anciens postes. Le but est de dégager les constantes, les éléments qui se recoupent», dit-elle. Ainsi, il sera plus facile de savoir ce qui, dans un emploi, nous rend malheureux ou au contraire nous stimule.

«Il faut s’interroger à la fois sur son passé et sur son présent, afin d’avoir une meilleure idée de la façon dont on peut améliorer son sort», confirme Christine Caille, CRHA et conseillère principale chez Knightsbridge, une firme spécialisée dans la gestion du capital humain. «On se demande par exemple quel type de poste nous a permis de relever des défis stimulants, avec quel genre de patron on s’est bien entendu, dans quel environnement de travail et dans quelle culture d’entreprise on a pu s’épanouir», énumère Mme Caille.

En remplissant les colonnes d’un tableau tracé sur une feuille de papier, vous y verrez déjà plus clair dans vos sources de motivations ou de démotivation actuelles et passées.

Une nécessaire évolution

Mais attention, ce qui était valable au début de votre carrière ne l’est peut-être plus aujourd’hui. Il est donc nécessaire de vous livrer à cette analyse en tenant compte de cette évolution. «Dans la vingtaine on a besoin d’explorer, et dans la quarantaine on recherche davantage la stabilité», remarque Danielle Labre. Il faut donc s’assurer par exemple, que ce que vous trouviez stimulant dans vos emplois antérieurs l’est encore à l’heure actuelle.

Lire la suite